FaceBookTwiterInstagramYoutubeContactLinkedinMyAnnonaLe site bb a conseil
 Restez informé-e    Abonnement newsletter

 

r

Focus sur les chiffres du crowdfunding

PointcrowdfundingfinalFocus sur les chiffres du crowdfunding dans le monde, en France et … dans la répartition femmes/hommes !

L'article revient sur les résultats de la finance participative et sur la timidité des investisseurs français, à l'exception du crowdfunding immobilier en croissance constante.

 

I/Un point sur les chiffres du crowdfunding dans le monde et en France

En 2017, la finance participative dans le monde a récolté 34 milliards de dollars, dont la France, avec 336 millions (soit à peine 1% des montants).
avec
25 milliards de prêts (prêt rémunéré, non rémunéré)
5,5 milliards de dons (dons avec ou sans contrepartie)
2,5 milliards en equity (capital + royalties)

Ce sont les prêts qui rapportent le plus, puis les dons et enfin l’equity. On retrouve cette même répartition en France.

1fundly

En tête, on retrouve les Etats-Unis avec 17,2 milliards de dollars, suivis par l’Asie avec 10,54 milliards de dollars, puis l’Europe à la traine avec 6,48 milliards de dollars, l’Amérique Latine avec 85,74 millions de dollars, l’Océanie avec 68,8 millions et l’Afrique avec 24,16 millions. D’après le site de crowdfunding américain, Fundly, l’industrie du crowdfunding devrait atteindre les 300 milliards en 2025.

Répartition des fonds collectés par crowdfunding dans le monde en 2017 :

  • Business et entreprenariat : 41.4%
  • Causes sociales 18.9%
  • Films : 12.2%
  • Immobilier : 6.2%
  • Musique : 4.5%

Répartition des fonds collectés par crowdfunding en France en 2017, par secteur économique :

2statista

Source : site Statista

On constate que la part des fonds collectés pour l’immobilier représente 42% en France contre seulement 6,2% dans le monde.

 

II/La répartition hommes/femmes des campagnes de financement participatif 

Le rapport du cabinet PwC et le graphique Statista de 2017 nous ont particulièrement intéressées du fait de notre engagement depuis 5 ans sur le financement de l’entreprenariat féminin. Les campagnes de financement participatif lancées par des femmes aboutissent plus souvent que celles des hommes et cela de manière mondiale. Bravo à elles pour ce beau taux de réussite ! A l’échelle de la France, les femmes start-uppeuses réussissent même deux fois mieux que les hommes. (24% contre 13%). Cependant, derrière ce constat positif, se cache une autre réalité : ce sont toujours les hommes qui récoltent les plus gros montants car 89% des campagnes ayant levé plus d’un million de dollars ont été lancées par des hommes.

3statista

III/Un point sur les chiffres en France

La finance alternative en France a récolté 1,407 milliards d’euros en 2018. Elle doit être différenciée de la finance participative puisqu’elle prend en compte également les cagnottes et les prêts à la consommation qui ne relèvent pas du crowdfunding.

4kmpg

Source : Etude KPMG 2019

En matière de finance participative, les fonds collectés en France en 2018 étaient de 402 millions d’€ (soit une hausse de 20% c’est-à-dire 66 millions de plus qu’en 2017) dont

  • Prêt : 273 millions d’€ (prêt rémunéré 202,4 ; prêt non rémunéré 6,8)
  • Dons : 81,5 millions d’€ (dons avec récompenses (68,1), dons sans récompenses (13,5))
  • Capital : 47,1 millions d’€ (capital + royalties)

5kpmg

Source : Etude KPMG 2019

Si l’on regarde les chiffres d’un peu plus près et qu’on les analyse, on s’aperçoit que derrière cette augmentation se cache une autre réalité :

  • Le don stagne par rapport à 2017
  • Le capital est en baisse par rapport à 2017
  • Les prêts et les obligations explosent, surtout dans l’immobilier. En effet, aujourd’hui les investisseurs sont attirés par ce type de finance qui permet un important retour sur investissement du fait des taux d’intérêts élevés (8 à 10%). Du côté des constructeurs immobiliers c’est un bon moyen de compléter les financements bancaires pour faire valider leur projet mais cela augmente le risque de défaut pour le prêteur.

6kpmg

Source : Etude KPMG 2019

Ce graphique montre que Paris concentre un quart de la collecte et chose surprenante, le Sud contribue plus que le Nord en concentrant 41% de la collecte.

7kpmgg

Source : Etude KPMG 2019

Ce graphique montre le nombre de projets financés en 2018. On pourrait croire, de prime abord, à une bonne nouvelle puisque le nombre de projets financés a augmenté et que ce sont les dons qui rapportent le plus. Il n’en est rien. En effet, comme vu plus haut, ce sont les prêts qui apportent le plus de financements.

Plus de personnes font des dons mais ces dons représentent de 5 à 500 euros alors que les prêts concernent des montants beaucoup plus importants.

IV/Ces entreprises françaises qui se partagent les parts de marché

Parmi les plateformes de crowdfunding de dons avec contreparties, on retrouve les deux plus grands du marché :

  • Ulule qui a collecté 31 millions d’euros de fonds en 2018 et qui augmente chaque année son chiffre ainsi que le nombre de projets réussis. Elle se positionne comme la première plateforme dans le domaine du crowdfunding. Source : https://fr.ulule.com/stats/
  • Du côté de Kisskissbankbank la tendance est différente. En effet, on constate une baisse considérable du nombre de projets et du montant total des fonds collectés. En 2018, KissKissBankBank a financé 2801 projets et collecté 14 121 005 euros collectés contre 4512 projets en 2017 pour un montant d’environ 16 200 000 euros. Source : https://www.kisskissbankbank.com/fr/stats. En résumé, KKBB enregistre moins de projets et collecte moitié moins de fonds que son concurrent. 

8ulule

Source : Statistiques Ulule

En 2015, Ulule et Kisskissbankbank détenaient 95% des parts de marché des dons en France. Aujourd’hui ils n’en détiennent plus que 66%.

D’autres acteurs ont envahi le marché mais il est plus difficile de trouver leurs statistiques :

  • Mimosa (spécialisé dans l’agriculture)
  • Tipeee, réservés aux créateurs de contenu
  • Teaming, plateforme 100% social
  • Dream Takeoff (prêts et dons) dédiée au financement immobilier

Les plateformes de crowdfunding de prêts ou crowdlending :

  • October, 189 projets financés et 111 084 549 euros de montant prêtés
  • Lendosphère, projets axés développement durable
  • Bolden, 10 908 178 € prêtés en 2018 pour 55 projets, soit une hausse de 7 millions d’euros comparé à 2017
  • Crédit.fr, 180 projets financés pour 20 050 300 euros montant de projets financés
  • Mimosa (agriculture), 2 708 533 € prêts pour financer l’agriculture et l’alimentation

Les plateformes en capital ou equity based :

  • Anaxago, 21 projets pour 1,5 millions d’euros de collectés
  • Wiseed, 105 projets financés en 2018 pour 145,52 millions d’euros
  • Tudigo (equity et don) (pas de chiffres trouvés)

 

V/ Quel avenir pour le crowdfunding français ?

Il est un secteur qui se porte bien dans le monde du crowdfunding, celui de l’immobilier. (voir notre article sur le crowdfunding immobilier) Depuis 6 ans, le crowdfunding a atteint les 370 millions d’euros collectés pour plus de 700 projets financés. Ce placement offre un rendement d’environ 10%.

Cependant, derrière ces taux d’intérêts toujours plus alléchants, se cache une vérité beaucoup moins euphorisante. En 2016, par exemple, Unilend, a cessé son activité pour cause de liquidation judiciaire. Le volume de prêts qu’il accordait n’était plus suffisant pour couvrir ses frais de fonctionnement.

Le principal problème de toutes ces plateformes, c’est de trouver un modèle économique pérenne. De même, pour Ronan Le Moal, directeur général du Crédit mutuel Arkéa, les plateformes n’ont pas encore réussi à mettre en place un système assez innovant d’analyse des risques des projets qu’elles vont sélectionner et financer par la suite. A contrario, certaines d’entre elles arrivent à tirer leur épingle du jeu et sont rentables, comme Anaxago, grâce au déploiement de projets de crowdfunding immobilier.

VI/ Attention aux arnaques !

Au-delà des problèmes propres aux plateformes de crowdfunding, il y a aussi les projets financés qui parfois réservent de mauvaises surprises… Gare aux arnaques !

  1. Aux Etats-Unis, l’entreprise californienne Skully, créée en 2013 avait lancé sa campagne de crowdfunding sur Indiegogo, pour développer et fabriquer des casques de moto nouvelle génération. La startup a enregistré 300 précommandes et levé 2,5 millions…mais les investisseurs n’ont jamais reçu leur commande ! L’entreprise a annoncé la cessation de son activité, ce qui signifie que les investisseurs ont très peu de chance de revoir un jour leur argent. La responsabilité des entreprises et des plateformes est donc remise en question.
  2. Ce phénomène n’est pas propre aux Etats-Unis. En France, la startup Rifft, spécialisée dans les nouvelles technologies a détourné 4 millions d’euros après avoir multiplié les levées de fonds via des plateformes de crowdfunding. Les investisseurs n’ont jamais reçu leurs commandes. Lucas Goreta, le patron de la startup, déjà connu pour plusieurs cas d’escroqueries, a été mis en examen pour détournement de fonds.

Les différentes arnaques invitent à nous interroger sur l’encadrement législatif de ce type de plateformes. Pour protéger les internautes des défauts de paiement, depuis le 1er juillet 2016, la France a mis en place une législation avec différents garde-fous stipulant que les intermédiaires en financement participatif (IFP) comme les conseillers en investissement participatif (CIP) sont passibles de poursuites s’ils ne font pas preuve de transparence en cas de faillite de la société.

En conclusion, le marché du crowdfunding est en pleine mutation. Les investisseurs sont attirés par les taux d’intérêts séduisants. Cependant, ce marché reste encore assez jeune et les plateformes ont encore du mal à être rentables. Elles sont, en effet, confrontées à des arnaques et à une difficulté à évaluer les risques des projets qu’elles financent ce qui entrainent parfois des défauts de paiement. En somme, les plateformes de crowdfunding peuvent tirer leur épingle du jeu sur des niches de marché, comme notamment le crowdfunding immobilier. Un seul conseil alors : investissez mais diversifiez vos placements !

Léa Pouget et Beryl Bès

Sources :
Etude KPMG :
https://bit.ly/2RvWfCW
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-le-marche-du-crowdfunding-en-france-est-il-viable-143123
https://www.meilleurtauxpro.com/crowdfunding/actualites/2016-aout/arnaque-a-2-5-millions-dollars-projet-crowdfunding.html
https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/annecy-arnaque-au-crowdfunding-un-pdg-accuse-de-detournement-de-fonds-5625590
https://argent-et-salaire.com/crowdfunding/
https://argent-et-salaire.com/classement-des-meilleurs-rendements-du-crowdfunding/
https://www.batiweb.com/actualites/vie-des-societes/succes-du-crowdfunding-immobilier-2018-annee-de-croissance-record-2019-01-09-33936
https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-creation/0301770321940-le-financement-participatif-seduit-toujours-plus-d-entreprises-321586.php
https://www.cafedelabourse.com/archive/article/comparatif-crowdfunding-financement-participatif
https://www.startups.com/library/expert-advice/key-crowdfunding-statistics
https://blog.fundly.com/crowdfunding-statistics/
Ce site pour avoir accès à chaque pays : https://www.statista.com/

 

 

crowdfunding financement participatif prêt d'argent MyAnnona accueil immobilier dons