FaceBookTwiterInstagramYoutubeContactLinkedinMyAnnonaLe site bb a conseil
 Restez informé-e    Abonnement newsletter

 

r

Les Lumières de Lyon

Lumieres de lyon

Le Dîner des Lumières 

Le 29 novembre se tenait le Dîner des Lumières des «Business and Professional Women» organisé par Laurence Doumba, Présidente BPW Lyon.Ce dîner a réuni les femmes engagées dans BPW et des intervenantes  au « Lyinc » pour parler économie durable et leadership responsable.

par  | Déc 8, 2018

Le club de Lyon est une antenne de l’ONG BPW.
BPW  est une association qui milite pour l’égalité professionnelle femme-homme dans le monde du travail. Créée en 1930 aux Etats-Unis, l’ONG internationale BPW encourage l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.
De plus, les membres sont des femmes occupant des postes à responsabilité et des femmes en début de carrière professionnelle (Les Young BPW) dans tous les domaines économiques. C’est pourquoi BPW favorise également le leadership féminin. BPW International est une ONG présente dans 98 pays grâce à ses 30 000 membres.

BPW a des partenaires à l’internationale, ce qui lui permet d’avoir un pouvoir décisionnel.  

Les BPW entretiennent des partenariats économiques,sociaux et politiques. Les femmes de BPW sont représentées au sein de commissions européennes et internationales (ONU,OMS,UNESCO,LEF,OIT, ect). BPW international bénéficie d’un statut consultatif auprès des Nations Unies, et d’un statut participatif au Conseil de l’Europe et au lobby européen des femmes. 

Les femmes de BPW cherchent à être avant tout des actrices du changement qui agissent pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes d’un point de vue économique, professionnel et social.

Le dîner des lumières, une histoire sur deux siècles:   

« Initié à l’hiver 1942, le Dîner des lumières a pour but d’établir des liens d’amitié et coopération entre les femmes du monde entier. La présidente et fondatrice des BPW Léna Madesin Philips avait la conviction profonde que la participation active des femmes dans les décisions serait un gage de paix. Ce dîner des lumières, plus précisément cette cérémonie des bougies durant la deuxième guerre mondiale a permis de symboliser sa pensée. Les bougies représentaient la flamme des souffrances et la flamme de l’espoir pour chacun des pays d’Europe et du monde. Une véritable tradition s’impose chaque année pour faire vivre l’espoir. »

Nous devons faire vivre l’espoir comme l’a souhaité notre fondatrice, pour toutes les femmes qui, de par le monde, ne jouissent pas de leur totale liberté, et dont la condition ne demande qu’à être améliorée.

Les temps forts de la soirée marqués par des acteurs politiques, économiques et sociaux :

Le dîner des lumières est une véritable célébration durable, et d’autant plus cette année puisqu’il est mené autour d’interventions à la fois sur les énergies durables et les solutions responsables.Après une mise en bouche gustative et pétillante, le véritable diner des lumières prend place, place de la bourse au Lync.

« Nos 61 invités ont pu assister à la fois à un repas 100% produit dans la région et à quatre interventions autour de l’économie durable et leadership responsable. Notre première intervenante Anne-Sophie Caistiker nous présente la genèse de sa start-up Doctibike. Après une intervention sur ses actions, ses objectifs, une question sur la gestion de l’échec est posée à Anne-Sophie Caistiker par la vice présidente de Young BPW Dallila Derdar. Anne-Sophie Caistiker explique qu’à ses yeux c’est la communication qui permet de se comprendre au sein d’une entreprise. Elle prône une communication basée sur l’écoute pour comprendre la situation.

C’est ainsi, qu’Éléonore Blondeau nous fait part de sa passion pour les nouvelles technologies à impact positif sur l’environnement à travers son entreprise CleanCup.  Éléonore nous raconte comment être une femme entrepreneuse peut s’avérer difficile. Elle a ressenti tout au long de son parcours une réelle discrimination.

Le Dîner des Lumières de BPW Lyon sur le thème de“ L’économie durable et leadership responsable: Elles changent le monde !”

 

Par la suite, Laurence Kéké ,ingénieure en solutions solaires nous explique le rôle des panneaux photovoltaïques comme solution durable. Delphine Guyard Meyer, membre active de BPW, met en avant la participation de Laurence dans l’entreprise Terre solaire. Celle-ci apparaît alors comme une solution concrète et durable pour les entreprises et les particuliers.Cette entreprise souhaite faire participer diverses acteurs à la transition écologique. Et enfin, Sabine Kouli  nous présente l’association BAOBAB et COMPAGNIE tout au long du dîner. La voix de Sabine a permis à nos 61 invités de rester enchantés tout le long de la soirée. La prestation de Sabine se termine par un chant collectif à la fin de la cérémonie des bougies. L’émotion autour de chacune de ces bougies et les chants ont embaumé la pièce d’une atmosphère à la fois de tristesse, de doute mais surtout d’espoir pour l’avenir. »

De plus, c’est aussi des invitées de marque pour le Dîner des Lumières. Thèrese Rabatel est  la 16ème adjointe au maire. Symbole de la femme active et engagée, Thèrese est active pour l’égalité femme-homme. Mais aussi pour les personnes en situation d’Handicap. »

« Engagée depuis ses 14 ans, Thérèse Rabatel a grandi dans un lycée nommé Stendhal. Dès là, elle écrit pour le journal «  Le rouge sans le noir ». Et c’est à partir de là que tout a commencé »

Une organisation en faveur des femmes, aux valeurs communes… 

C’est au dîner des lumières que la présidente de BPW LYON nous fait part de la Recette du succès en cinq points selon la Présidente de  BPW Internationale. Ainsi, Amany Asfour, la présidente de BPW Internationale prononce ces cinq points « 5 P »:

« Les femmes se doivent d’être « Pionnière » dans leur travail et leur rêves à atteindre. Il s’agit également de « Planifier » ses objectifs et ses projets tout en défendant les politiques qui les rendent possibles. Mais pour cela, il semble inévitable que les femmes doivent « Perfomer » au mieux de leurs capacités. Sans oublier d’apprendre des autres. A cela, s’ajoute nos derniers P et sans doute les plus importants. Tout d’abord, la « Persévérance » chez les Femmes de BPW permettent une concrétisation des projets. Enfin, aucun des quatre P n’est possible sans la « Passion » que chacune doit conserver pour réaliser ses objectifs« .

« Que la méditerranée soit une mer d’espoir et non une mer de mort » Monique Callou, Secrétaire Générale de BPW Lyon reprend les termes de la présidente internationale lors du 1er symposium méditerranéen BPW

Elles n’hésitent pas à préparer l’avenir avec le collectif des Young BPW: 

« Plus qu’un collectif, nous construisons un véritable réseau de soutien et d’actions: Il s’agit pour les jeunes femmes de se retrouver pour discuter et répondre aux problématiques qui sont propres à leur parcours professionnel, pour elles-mêmes mais aussi pour les autres. A titre d’exemple, nous discutons de notre quotidien et nous trouvons des solutions auprès d’autres young. Au niveau national, nous avons mis en place un groupe de travail sur le congé parental afin de proposer un nouveau système plus égalitaire pour les femmes…et pour les hommes  » Dalila Derdar,  la vice présidente des BPW Young à Lyon 

Image associée

A ne pas manquer cette hiver, les BPW organisent L’equal pay day®, ou la journée de l’égalité salariale. Cette journée symbolise le nombre de jours supplémentaires qu’il faut aux femmes pour gagner le même salaire que les hommes à compétences égales, et à poste de valeur égale.

entrepreneuriat économie accueil