FaceBookTwiterInstagramYoutubeContactLinkedinMyAnnonaLe site bb a conseil
 Restez informé-e    Abonnement newsletter

 

r

Crowdfunding : devenir riche ou perdre tous ses amis ?

Retour crowdfunding genevieve smalL'expérience de la finance participative vue par une entrepreneure.

Geneviève Smal revient avec humour sur son expérience de campagne de crowdfunding menée sur la plateforme myannona.com, il y a déjà un an.

 

2 SEPTEMBRE 2019 PAR GENEVIEVE SMAL

Crowdfunding : comment devenir riche… ou perdre tous ses amis ?

Il y a un an, je terminais une action de financement participatif sur la plateforme Myannona.

Mon objectif était de récolter 8000 euros pour financer l’impression de mon dernier jeu : Takattak Trash.

Bienvenue campagne genevieve

www.myannona.com/takattak

A l’époque je n’avais pas de plan B : il me fallait ces 8000 euros. Le jeu était terminé, prêt à être imprimé. Mais sans ces 8000 euros, le jeu resterait un fichier sur mon ordinateur.

C’était mon 4ème jeu, après Takattak, qui apprend le sens de la répartie aux adultes, Takattak à la Récré, même jeu, mais spécialement conçu pour les enfants, et Satyrik un jeu pour tester son sens de l’autodérision. Vous pouvez le voir sur le site Si-Trouille.

Takattak Trash, lui, s’adresse aux ados-adultes et vise à lutter efficacement contre le racisme, le sexisme, l’homophobie et le cyber-harcèlement, en donnant des outils de riposte à ceux et celles qui en sont victimes ou qui veulent simplement s’entrainer à ne pas se laisser marcher sur les pieds.

Flashback

Au moment de commencer ma campagne, je suis dans cet état d’esprit : Les illus sont terribles (merci Cédric Vandresse et Xénia Morgun) le sujet complètement d’actualité… on ne parle que de harcèlement depuis quelques années maintenant… j’y vais donc confiante.

Mais…« naïve et confiante », c’est un cocktail dont on ne sort pas toujours indemne !

Héhé ! Premier constat : un crowdfunding c’est un boulot à temps plein !!! Et il ne faut pas que bosser, il faut donner de sa personne, laisser son humilité et sa fierté dans le fond du fond d’un vestiaire…

Demander des sous, en échange de vent (ou d’un ou plusieurs jeux, selon les contreparties choisies mais qui, à ce moment-là, n’était que virtuel), ce n’est pas le truc que je préfère, ni dans lequel je me sens vraiment à l’aise.

Préparer sa visibilité, c’est déjà du travail mais rien du tout à côté de ce qui m’attendait au tout début : l’inertie. Pas le mienne, celle « des autres ».

Et ça, c’est la surprise : le manque de réaction. À part des « c’est super ce que tu fais ! Ça va fonctionner à mort, ne te décourage pas »… dans les premiers moments, ces belles paroles, n’étaient suivies d’aucune action.

J’ai donc réactivé ceux et celles qui m’ont soutenue tout au long de la création du jeu (un an quand même) pour qu’ils :

– participent, même modestement

– partagent l’info sur les réseaux sociaux

– en parlent dans leurs réseaux… rien que ça c’est déjà bien.

J’ai donc 45 jours pour récolter ces 8000 euros. Pour moi, 45 jours c’est énorme, j’ai tout le temps ! Mais, en fait non. Ça file très vite. Clairement, là, mon esprit est divisé en deux parts qui fluctuent au gré de mes découragements et mes moments d’optimisme.

D’une part : facile, ça va cartonner, (et en plus je scrute des jeux américains qui ont récolté des millions sur certaines plateformes, donc je suis gonflée à bloc…)

D’autre part : ça va être un flop total. Non seulement je n’aurai jamais les fonds, mais en plus le peu de fierté que j’ai, le rien de notoriété qu’a le jeu va passer en lambeau dans une moulinette. Je serai la risée de mon quartier, je n’aurai plus qu’à aller mourir dans une grange infestée de rats.

45 jours. Première étape

Je suis briefée par Beryl Bes, la gérante de MyAnnona qui insiste : tu dois créer un cercle de soutien.

Bon je crée des cercles : je contacte mes 60 amis, copains, voisins, cousins les plus proches, je crée un groupe. Je reçois beaucoup de commentaires sur les cartes et ça part dans tous les sens : « Waouw – trop trash –  fabuleux – pas assez réaliste – toutes les écoles devraient en avoir un – trop réaliste – pas adapté aux ados – typiquement pour les ados – il faut donner ce jeu à partir de 12 ans, pas 14 – les dessins sont incroyables – si j’avais pu répondre ça quand mon chef m’a harcelée – mais… c’est horrible ! »…beaucoup reconnaissent une partie de leur vie… Bref les cartes ne laissent pas indifférents. Et on m’en parle tout le temps !

Voilà, ça démarre ! L’info circule enfin !

Boite du jeu

Je vois la boite du jeu partout.

 

Alors… je suis entrée en Crowdfundig comme on entre en religion et je fais des découvertes que j’ai bien envie partager avec vous.

 

 

 

Joies et déceptions, guerre et paix, excitation et déprime : ces 45 jours de Crowdfunding m’ont rendue complètement bi-polaire !

Liste des bonnes surprises :

• La quasi-totalité de mes voisins ont contribué.

• Il y a des anonymes qui me déposent des enveloppes avec 50 euros dans la boite aux lettres et ne me demandent pas de contrepartie. (Je ne sais pas qui vous êtes mais… merci)

• Beaucoup d’amis partagent l’info, sans que je leur demande. Et certains, suggèrent à leurs amis de partager à nouveau (ça, c’est vraiment chouette) et envoient des messages privés, des mails…

• Une amie écrit une newsletter vraiment sympa, puis une autre… je le découvre en même temps que tout le monde.

• 3 personnes optent pour la formule : 10 jeux + une carte à votre effigie dans le jeu. Ça c’est génial ! Et les cartes sont Top !

Cartes top

• Je recontacte mes ex. Tous ceux que j’ai pu retrouver, depuis mon premier petit ami quand j’avais 15 ans. La plupart contribuent et sont heureux d’avoir de mes nouvelles.

• Je recontacte d’anciens clients et certains en profitent pour me demander des séances de coaching en prise de parole, ou une conférence… « ça fait tellement longtemps, un petit rappel nous fera du bien »

• À la suite d’articles parus dans la presse ou à la radio, je suis contactée par des associations qui luttent contre le harcèlement.

• Plusieurs personnes participent.. une fois, deux fois, trois fois ! Waouw !

• Dans un moment de fatigue et découragement, j’ai eu la chance de croiser la route d’une personne qui est venue du fond du fond de la douleur, qui a fui la guerre, traversé la mer avec ses enfants sur un petit bateau en pleine nuit. Elle me regarde dans le blanc des yeux et me dit : « tu dois tout oser. Rien ne doit te faire peur. » Mon découragement et moi, on s’est sentis bien stupides. Mais cette phrase m’a donné toute l’énergie nécessaire.

Listes de mauvaises surprises :

• Tous mes ex ne contribuent pas. Sérieusement ? Ça sert à quoi d’avoir eu une vie amoureuse mouvementée ?

•  Je fais face à de l’agressivité inattendue de la part d’une personne à qui j’avais envoyé un message sur Facebook et qui me tient des propos… euh… comment dire… déplacés (mais vraiment en pire).

•  Une amie très proche partage l’info sur Facebook… enfin c’est ce que je croyais, mais en fait elle ne partageait qu’à moi. Vous savez, le petit truc qu’on peut activer quand on ne veut pas que les autres soient au courant ? C’est compliqué pour faire de la pub, du coup…. Ben voilà. 2 fois, elle a fait ça. Évidemment, je l’ai vu longtemps après. Elle ne sait toujours pas que je le sais. Sauf si elle vient de lire ceci. Franchement, c’est pas cool.

C est quoi ce jeu

•  Les pires : ceux qui promettent. Et qui ne font rien. Qui disent : je te verse 200 euros et puis on attend. On attend. On attend. Qui insistent : si si je vais le faire, tu peux compter sur moi, ça me fait plaisir, qui reviennent à la charge 5 ou 6 fois, demandent des infos sur le jeu (et pourtant, tout est en ligne), disent que ce serait bien qu’on s’appelle pour avoir toutes les explications… Et puis on n’a plus de nouvelles mais on a perdu un temps fou.

Listes des trucs étranges :

Ceux et celles qui :

•  Ne comprennent rien aux moyens de paiement, je passe beaucoup de temps au téléphone, mais ça m’a fait de chouettes rencontres !

•  Ne savent pas ce qu’est un financement participatif. Idem ci-dessus.

•  Veulent bien participer mais demandent à ce que leur nom soit cité dans la presse.

•  Font le mort. C’est dingue cette capacité que peuvent avoir certaines personnes (des proches évidemment) à se rendre totalement invisibles pendant des semaines, ne pas répondre aux mails ni au téléphone mais appeler une fois le Crowdfundig clôturé pour demander des nouvelles.

Et à la fin…

J’ai rarement été aussi disciplinée et déterminée. Plus les jours passent et plus je deviens méthodique. Je ne sais plus ce que le mot « Inhibition » veut dire. Être présente, voire insistante, tout en conservant ses relations, c’est un vrai challenge. J’ai perdu quelques amis dans l’aventure, mais j’en ai gagné des dizaines d’autres.

Les derniers moments sont sportifs. Tout s’accélère. Autour de moi, tout le monde bouge. On dirait que l’imminence du glas de fin sonne comme un défi. J’ai de plus en plus de participations. C’est un moment quasi euphorique. Le jour J, j’atteins et je dépasse les 100 %. 101, 102… Et HOP ! 109 % ! Champagne !!!!

Champagne

J+1

Vous connaissez ce sentiment que l’on peut éprouver après une session d’examen ? Du soulagement certes, mais surtout un grand grand vide. Je regarde le ciel, l’herbe, le soleil… avec des yeux hagards, comme si je sortais d’une caverne dans laquelle j’ai été emprisonnée pendant 45 jours.

J+2 et les autres

Waouw, je suis presque enivrée ! Au boulot maintenant. Il faut finaliser le jeu, l’imprimer et l’envoyer aux 137 contributeurs qui m’ont fait l’honneur, l’immense plaisir de m’aider à donner vie à Takattak Trash !

Bénéfice secondaire intéressant : ce Crowdfunding a mis un coup de projecteur inattendu (et donc a fait sérieusement grimper les ventes) sur les 3 autres jeux Si-Trouille éditions : Takattak dans sa version classique, Takattak à la récré et Satyrik !

Conclusion

J’ai pu vérifier que l’adage : « ensemble, on est plus fort·e » est une réalité (surtout quand on y met toute son énergie !)

Amis, amies, inconnu·es, famille, voisines, voisins, connaissances, bref à tous ceux et toutes celles qui ont fait de mon projet de lutte contre le harcèlement, le jeu Takattak Trash tel qu’il l’est aujourd’hui :

MERCI !

Geneviève

Article sur FB

pour se procurer les jeux :Se procurer takatak

https://www.amazon.fr/Takattak-Trash-r%C3%A9pondrez-tac/dp/B07JH5R6QS/ref=as_sl_pc_tf_til?tag=sitroui-21&linkCode=w00&linkId=bd77ea25b1fe708fcdd0a96a70b1d17c&creativeASIN=B07JH5R6QS

https://www.amazon.fr/Takattak-Family-r%C3%A9pondez-tac/dp/B00OY7JQIC/ref=as_sl_pc_tf_til?tag=sitroui-21&linkCode=w00&linkId=0d895f098684380827b91d53ab091482&creativeASIN=B00OY7JQIC

https://www.amazon.fr/Si-Trouille-%C3%A9ditions-TAkAttAk-R%C3%A9pondez-tac/dp/B00J9TYWQQ/ref=as_sl_pc_tf_til?tag=sitroui-21&linkCode=w00&linkId=90b4481e3a0072326b4e53e996531746&creativeASIN=B00J9TYWQQ

https://www.amazon.fr/Si-Trouille-%C3%A9ditions-Satyrik-Moquez-Vous-Autres/dp/B00YJB8AGC/ref=as_sl_pc_tf_til?tag=sitroui-21&linkCode=w00&linkId=6f70e67a26d5da3238fe05b7dae75003&creativeASIN=B00YJB8AGC

accueil crowdfunding entrepreneuriat financement participatif MyAnnona